La Transition, qu’est-ce que c’est ?

Le mot Transition est à la mode ! Il est très pratique car il permet d’envisager une grande rupture dans l’organisation de nos sociétés sans pour autant invoquer la violence ou la révolution. Au contraire, il rassemble et motive.

Qu’est-ce que la Transition ?

Parler de Transition implique avant tout d’avoir pris acte que nos sociétés subiront dans les années qui viennent des bouleversements majeurs (chocs systémiques, liés notamment aux changements climatiques, à la fin de l’énergie bon marché et à la fin de la croissance économique). Tout l’enjeu de la Transition est donc d’anticiper ces chocs afin d’en atténuer les effets sur nos vies. Autrement dit, il s’agit de construire rapidement de la résilience.

A l’origine, la Transition désigne deux choses : soit le passage d’une économie basée sur la croissance à une économie post-croissance (ce sont plutôt les économistes) ; soit le passage d’une civilisation basée sur les énergies fossiles (pétrole, gaz naturel, charbon, uranium, etc.) à une civilisation basée sur les énergies renouvelables (soleil, vent, eau, biomasse.). Même si les deux définitions sont différentes, elles sont fortement liées. Aujourd’hui, la Transition désigne plus généralement le passage vers une société plus « sage » et basée sur plus de liens humains de qualité. Mais les thèmes de la croissance et de l’énergie restent centraux.

Concrètement, entrer en transition signifie tenter de se « débrancher » rapidement du système économique actuel, et en même temps reconstruire collectivement et le plus localement possible d’autres systèmes viables, sobres et résilients. La transition touche donc à tous les aspects de la vie : la consommation et la production de nourriture, d’habits, d’énergie, etc. Mais aussi la culture, l’éducation, l’apprentissage de la démocratie, le renforcement des liens entre les citoyens, etc.

Qu’est-ce que le mouvement des Initiatives de Transition ?

Partant du constat que nous devions agir vite, sans attendre que les gouvernements s’entendent, un premier groupe de citoyens s’est créé en 2006 à Totnes en Grande-Bretagne à l’initiative de Rob Hopkins, un formateur en permaculture. Le projet a connu un grand succès et le mouvement s’est rapidement répandu dans le monde. Aujourd’hui, il existe plus de 1300 initiatives de Transition dans plus de 44 pays, dont la Belgique. On entend parfois l’expression « Villes en Transition », mais on préfère aujourd’hui parler d’Initiatives de Transition car elles naissent aussi dans des quartiers ou à la campagne. Ensemble, ces Initiatives forment un réseau mondial (le Transition Network). Elles touchent à tellement d’aspects de nos sociétés qu’on peut aussi parler de « mouvement ».

Qu’est-ce que la permaculture ?

La permaculture est une boite à outils conceptuelle qui permet de créer des systèmes humains hautement soutenables et résilients. Comment ? En se basant sur les principes du vivant (une forêt par exemple est un système très soutenable et résilient) et grâce à une méthode : le design. Elle s’applique aussi bien au potager qu’à l’énergie, à l’eau, ou aux organisations, et peut être utilisée par tous et partout (ville ou campagne). Appliquée à l’échelle sociale, du quartier ou du territoire, cela s’appelle… la transition !

Qu’est-ce qu’une Initiative de Transition ?

Pour passer à l’action, rien de tel que le quartier. Les Initiatives de Transition naissent par la volonté de quelques citoyens motivés qui veulent rendre leur villes, villages ou quartiers plus résilients, plus soutenables et plus conviviaux… sans attendre que l’initiative vienne d’en haut ! Des citoyens se mettent à travailler ensemble et unissent leurs forces, créativité et énergie pour lancer des actions et projets concrets qui engendrent un changement positif dans leur lieu de vie. Les Initiatives sont basées sur une vision positive de l’avenir, et une position constructive vis-à-vis du monde politique. Au début, les groupes s’informent et apprennent à se connaître, puis rapidement des projets concrets sont organisés autour de thèmes comme l’énergie, l’habitat, la nourriture, le transport, la culture, etc. Tout citoyen peut décider de lancer une action ou projet et tout citoyen est invité à y participer.

Et la Transition en Belgique ?

Le mouvement de Transition s’est bien installé en Belgique. Il y a des initiatives à Bruxelles, en Flandre et en Wallonie. Sur le site de Réseau Transition, vous trouverez plus d’informations sur les projets à Bruxelles et en Wallonie. Pour plus d’information sur les initiatives en Flandres, rendez vous sur le site de Transitie Vlaanderen.

 

Source : http://www.reseautransition.be/la-transition/