Qualité de l’air, partie 3 de 4 – Nos habitations: passoires ou cocons ?

Nos habitations constituent l’une des principales sources de consommation d’énergie, et donc également de pollution. Nous y consommons de l’énergie pour nous chauffer, éclairer, cuisiner, travailler, mais également, parfois, se rafraîchir (les systèmes d’air conditionné). Nous nous pencherons ici plus particulièrement sur les modes de chauffage, qui constituent la principale source de consommation, mais aussi et de loin la plus grande source d’émission de polluants de nos habitations.

Émission de particules fines

Intéressons-nous aux particules fines de moins de 10 microns, les PM10 (voir à ce sujet l’article “La transition, solution à la qualité de l’air ?”). Les ménages sont responsables de 40% de l’émission de ces particules en Belgique. L’industrie, le trafic routier et l’agriculture se partagent la principale partie des 60% restants. 90% de ces 40% (vous suivez toujours ?) proviennent de la combustion de … bois ! Nous avons en effet tendance à croire que le bois, étant une ressource naturelle renouvelable, est une énergie propre. Détrompons-nous ! Si, sous certaines conditions strictes, brûler du bois est neutre en termes d’émissions de CO2, il n’en est rien en termes de particules fines. Lors d’une présentation faite durant la conférence du CFDD du 12 octobre 2018 sur les effets de la pollution de l’air sur la santé (site web), le professeur Wouter Lefebvre (VITO) montrait les résultats édifiants d’une étude récente de l’EEA (European Environment Agency) sur les émissions de particules fines pour le chauffage de nos habitations:

Source Emissions de PM2,5 (kg/GJ)
Gaz 0,2
Mazout 1,5
Feu ouvert 820
Ancien poêle 740
Poêle moderne 52
Poêle à pellets moderne 29

On constate donc, entre les émissions d’une chaudière au gaz et celles d’un feu ouvert, un rapport de 1 à 4.000 ! Sans compter qu’une partie importante de ces particules est émise évidemment dans l’habitation même.

Solutions

Venons-en à présent aux solutions. En effet, celles-ci nécessitent souvent des investissements, et doivent donc être murement réfléchies.

Comme on l’a vu ci-dessus, il n’y a pas de solution parfaite pour se chauffer. Le bois, étant une énergie renouvelable (sous certaines conditions…) et neutre en carbone, peut sembler un compromis acceptable en termes environnementaux. Val Biom a ainsi lancé une campagne de sensibilisation à ce sujet:  http://www.lamaitrisedufeu.be/fr . Il faut entre autres veiller à brûler du bois “durable”, le plus sec possible, avec les technologies les plus adaptées. Notons pour information que l’on conseille fréquemment la technique de « l’allumage inversé ». Rappelons surtout que la meilleure énergie est celle que l’on ne doit pas produire. Isoler sa maison permet par exemple de consommer nettement moins d’énergie.

Notons qu’avant de penser à des investissements importants, des changements comportementaux peuvent faire baisser franchement la facture, et donc la pollution. Isoler une maison est ainsi plus difficile que d’isoler… notre corps, au moyen d’un pull ! On ne le répétera jamais assez, mais réduire la température d’un degré a déjà un impact considérable ; fermer convenablement les portes, ne pas chauffer les pièces inoccupées, couper la chaudière lorsqu’il fait doux,… sont également des réflexes efficaces et faciles à adopter. Par ailleurs, un entretien (et ramonage dans certains cas) des installations de chauffage permet également de réduire ses consommations et émissions de polluants.

A Chastre ?

Soulignons également que notre commune s’est engagée, via la POLLEC (Politique Locale Energie Climat), à réduire de 40% les émissions de gaz à effet de serre (GES) de son territoire à l’horizon 2030. Cela ne concerne pas uniquement les activités des autorités communales, mais bien tout ce qui se passe sur le territoire de Chastre ! Si des émissions de gaz à effets de serre ne signifient pas une mauvaise qualité de l’air, ces deux paramètres sont néanmoins très fortement liés, puisqu’ils proviennent tous deux en grande partie de la combustion. Dans ce cadre, la commune a formé en 2017 une équipe d’ “éco-guides énergie”. Ces citoyens ont ainsi reçu une formation de base sur les différents comportements à adopter et techniques existantes pour consommer moins et mieux notre énergie. Ils ne sont bien entendu pas spécialistes, mais pourront néanmoins, à votre demande, faire une visite de votre domicile, et voir avec vous ce qui peut être amélioré. Ils pourront le cas échéant vous renvoyer vers des spécialistes. Pour les contacter, rien de plus simple: il suffit d’envoyer un email à aideenergie1450@googlegroups.com.

Pour aller plus loin…

Vous voulez en savoir plus ? L’Agence Wallonne Air-Climat (AWAC) a récemment publié une revue très didactique concernant l’habitat, le climat et la qualité de l’air. Vous pouvez la télécharger en cliquant ici.

Cette thématique vous intéresse ? Vous voulez en parler ? Participer à un éventuel atelier ? Faites-le nous savoir par simple mail à transitionchastre@gmail.com !

Rendez-vous, dimanche prochain, dans notre prochain et dernier article pour aborder les solutions concernant l’alimentation et l’économie. La vie est si belle quand on a toutes les cartes en main pour l’améliorer !

Pour Transition Chastre,
Fabrice Dehoux



Cet article concerne toutes les thématiques.

Retrouver plus d’information sur les thématiques sur nos pages :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *